La pandémie actuelle et Fatima

13 Mai, 2020
Provenance: fsspx.news

La Bonté de Marie

En la fête de l’Annonciation, le 25 mars 2020, les pays du Portugal, par le cardinal Antonio Marto, évêque de Fatima-Leiria, ainsi que l’Espagne et 22 autres pays, ont été consacrés aux Cœurs unis de Jésus et de Marie pour implorer l’intercession du Cœur Immaculé de Marie contre la pandémie. Ainsi, dans la détresse, on se souvient de l’appel de la petite Jacinthe, l’une des voyantes de Fatima, qui, avant sa mort, lançait un vibrant avertissement : « Dites à tous que Dieu veut nous accorder ses grâces par le Cœur Immaculé de Marie ; on doit tout lui demander ; on doit implorer la paix du Cœur de Marie, car Dieu lui a tout confié ».

La Covid-19, une punition de Dieu ?

Le 13 juillet 1917, Marie a prévenu le monde : « Si nous ne cessons pas d’insulter Dieu, une autre guerre, pire encore, commencera… Dieu punira le monde pour ses crimes par la guerre, la famine, la persécution de l’Eglise et du Saint-Père… ». Mais les hommes n’ont pas cessé d’insulter Dieu violemment ; au contraire, l’apostasie, le blasphème et le mépris des commandements se sont multipliés partout. Des nations entières ont officiellement méprisé Dieu, lui montrant ainsi rien d’autre qu’une haine à peine voilée.

Dans la messe votive pour le temps d’épidémie, la messe Recordare Domine (n° 23 du Missel romain), il est fait mention à plusieurs reprises de la colère de Dieu qui, afin d’inciter les pécheurs à se repentir, les punit par des épidémies, la faim et la guerre, et supprime ces fléaux dès que le peuple se convertit. Cette pensée est aujourd’hui rejetée avec véhémence par le monde car elle ne correspond pas à l’image moderne de Dieu que les hommes ont cru pouvoir forger.

Que signifie l’expression « colère de Dieu » ?

La colère de Dieu ne peut être comparée à une colère humaine, un mouvement de la nature incontrôlable, mais elle est, au contraire, une expression de l’amour de Dieu. Comme un père aimant, Dieu admoneste ses enfants avec bonté. Cependant, si cette douceur n’est pas entendue, le père doit alors parler plus fortement et menacer de punition, afin que ses enfants prennent conscience de la gravite de leurs fautes. Ainsi, par amour pour nous, Dieu a également recours à la punition, afin de nous inciter, nous, ses enfants, à nous repentir et lui donner ainsi la possibilité de nous sauver.

De fait, l’humanité pécheresse et révoltée contre Dieu mériterait de plus terribles châtiments, mais c’est ce virus qui arrive. Comme si Notre-Dame, si triste en 1917 à cause de l’infidélité des hommes, voulait encore et toujours donner une chance à l’humanité rebelle et, une fois de plus, lui offrir le moyen de se ressaisir en prenant au sérieux ce fléau. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la prospérité n’a cessé de croître grâce au progrès de la technologie et de la société de consommation. Les hommes se sont sentis tellement en sécurité qu’ils ont complètement oublié Dieu et ses commandements. Après 75 ans, ce qui se passe aujourd’hui est le premier choc qui bouleverse le monde entier et devrait conduire à un véritable examen de conscience. Nous devons ce délai de grâce au cœur maternel de Marie.

Redécouvrir le Rosaire

Dans de nombreux endroits, les églises ont été littéralement fermées, de sorte que beaucoup n’eurent plus accès aux sacrements. Les fidèles se sont donc retrouvés chez eux avec pour seule arme le chapelet, que personne ne peut leur enlever. Puissions-nous y recourir souvent, non seulement comme une prière de supplication, mais encore comme une aide à la contemplation et à l’approfondissement des mystères du salut, et d’union avec la Reine du ciel. Ainsi, le message de Fatima devient plus pertinent que jamais en cette période de crise de la Covid-19 !